L'Art du Jeu

Où l'on parle d'art en général, mais surtout de jeux vidéo

Dossier Shadow of the Colossus (6ème partie) – Conclusion


1440-900-55717J’avais initialement prévu de ne rédiger qu’un article, en me contentant simplement de dire ce qui était génial dans ce jeu et pourquoi. Mais plus je parlais d’un point, plus un autre me semblait nécessiter un traitement particulier, et ainsi de suite, jusqu’à écrire 5 articles, divisés en parties et sous-parties. Il y a encore de nombreuses choses à analyser ou approfondir, et chaque fois que j’y rejoue je découvre de nouvelles perles de design.

Quelques défauts

Bien entendu, il y a quelques défauts dans ce jeu, le principal pour moi étant l’affichage d’un HUD, qui finalement n’était pas si nécessaire. Son absence (comme c’est le cas dans Ico) aurait vraiment améliorer l’immersion, ce qui était, on l’a vu, le leit-motiv de Shadow of the Colossus. Les armes apparaissant à la main du personnage, on aurait pu masquer la zone correspondante en bas à droite de l’écran. La barre de vie aurait pu être gérée différemment : j’aurais personnellement utilisé une forme d’étourdissement (avec l’écran qui se grise) et une mort subite. the-team-ico-collection-playstation-3-ps3-009La mort lorsque l’on se fait écraser par l’arme ou le pied d’un colosse, d’une part parce que c’est relativement facile à éviter et d’autre part parce que cela rendrait la force des colosses beaucoup plus réaliste ; et un étourdissement pour tous les coups plus faibles (petit colosses, secousses, « rayons »), sur le modèle de ce que l’on trouve dans la majorité des jeux actuels (l’écran se grise, puis revient petit à petit à son état initial). La barre d’endurance aurait pu être rendue par le simple avertissement sonore (il existe déjà) et/ou les vibrations de la manette. Pour finir la barre de vie du colosse est déjà assez bien représentée par ses points faibles, qui font jaillir le sang à chaque blessure, et finissent par s’éteindre quand on doit passer à un autre.

L’autre gros défaut est la gestion de la caméra, mais c’était un problème récurrent des jeux de l’époque, du moins vu de nos jours. Je ne me souvient pas qu’on l’ait vraiment reproché au jeu à l’époque, tant la gestion des caméras étant en progression constante à cette époque. Quant aux contrôles, ils semblent assez rigides, et notamment le contrôle du cheval. Encore une fois, l’idée de proposer une simulation et non un jeu d’arcade a prédominé, créant cette lourdeur à diriger Agro, mais dans le but de générer toutes les sensations inhérentes à une simulation, comme nous l’avons vu dans certains des articles précédents.

Enfin, je rajouterais pour finir (désolé pour le spoil, mais vous ne devriez pas lire si vous n’avez pas fini le jeu, de toutes façons) que je regrette la réapparition d’Agro lors de l’épilogue, ce qui minimise énormément la puissance de la scène de sa « mort » (qui n’en est pas une, donc…), pour sa part magnifiquement réalisée. J’ai toujours un ressentiment pour toutes ces œuvres (souvent cinématographique) qui ne vont pas jusqu’au bout de ce genre de scène (les exemples ne manquent pas).

Un exemple de création artistique

8605Il y a toujours eu deux manières d’aborder la création d’une oeuvre d’art : l’une consiste à se fier à son naturel, à son instinct d’artiste et se laisser aller à la création de son oeuvre ; l’autre consiste à poser son idée, et la travailler encore et encore jusqu’à ce qu’elle s ‘approche suffisamment du résultat escompté. Il faudrait demander à Fumito Ueda quelle approche il a privilégiée lors de la réalisation de son jeu, même s’il est très probable que les deux approches aient été utilisées conjointement, comme c’est forcément le cas pour des projets de cette envergure.

Néanmoins, on a pu extraire les intentions du créateur en analysant l’oeuvre, et l’on se rend compte de la cohérence de celle-ci dans sa globalité. Tout se travail ayant été réalisé dans le but d’offrir l’expérience absolue que se doit de nous offrir le média artistique le plus complet qui soit : le jeu vidéo.

Publicités

Un commentaire sur “Dossier Shadow of the Colossus (6ème partie) – Conclusion

  1. Pingback: Dossier Shadow of the Colossus (5ème partie) – Musique | L'Art du Jeu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 juin 2013 par dans Jeux, Shadow of the Colossus, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :